CLAIRE LESACHER

Mes activités de recherche ont débuté en Master, dans une perspective de travail en sociolinguistique urbaine sur les migrations et plus particulièrement sur les migrantes. Ainsi, mon travail de mémoire, réalisé sous la direction de Thierry Bulot, s’est focalisé sur les stratégies identitaires et représentations des femmes participant au projet de marrainage de la MIR (Maison Internationale de Rennes) qui soutient la prise de responsabilité des femmes étrangères ou d’origine étrangère dans le champ public. Poursuivant en thèse mes réflexions sur les assignations multiples, je travaille actuellement sur l’implication des femmes au sein du rap comme moyen de subversion des rapports de domination vers la  visibilité et la prise de responsabilité au sein de l’espace public.

Parallèlement je m’investi ou me suis investi à divers programmes de recherches : programme sur les discriminations langagières, projet de projet de recherche associatif et européen sur les migrations, etc.

 

Projet de recherche :
Il s’agit de questionner la mise en place des relations entre les acteurs du projet qui vont y tous avoir une position particulière (liées à leurs compétences, leurs expériences, leur personnalité…). Le but est d’interroger la manière dont se maintient une cohésion d’ensemble dans un projet marqué par la diversité de ses acteurs, ainsi que de réfléchir aux moyens de la préservation de la richesse que représente justement cette diversité. Ceci en m’attachant aux productions discursives émanant des différents acteurs et relatives au projet. Concrètement, le travail reposera sur des observations participantes de collaborations de travail entre les acteurs, ainsi que sur des entretiens semi-directifs avec des habitants, des artistes, des chercheurs etc., au cours desquels seront abordées leurs perceptions du projet et de leur travail conjoint avec des personnes relevant d’autres compétences. Dans l’optique d’un projet se focalisant sur les migrations, il s’agit également de prendre en compte le plurilinguisme qui sera lui sera inhérent et de s’intéresser à la construction d’un projet commun non seulement au regard de la diversité des acteurs, mais également au regard de la diversité de leur(s) langue(s). Car les langues parlées et les représentations sur celles-ci joueront également un rôle sur les relations entre les différents acteurs et la mise en œuvre de leur travail conjoint.