Un dimanche à la messe

L’actualité du blog a été bien prise par nos rencontres avec les gens de Pata Rat. Notre équipe se retrouve au cœur d’une histoire violente et chacun tente de retranscrire avec sa sensibilité. Nous débattons entre nous de la plus juste manière de le faire tout en préservant le cadre de travail des Correspondances Citoyennes.

Pascal parle d’un « groupe des Correspondances ». Son expression prend son sens dans l’expérience qui nous a unis. Nous avons partagé les mêmes émotions face à la situation de ces familles. Nous pouvons réagir ensemble, réaliser une correspondance qui compilerait les travaux de chacun et que l’on adresserait à diverses institutions et médias.  Il me semble que ce serait expérimenter le projet jusqu’au bout…

Cette question reste en suspens et en débat constant dans notre équipe, je fais de même sur ce blog.

Je continue de travailler sur la thématique des femmes. Paloma est intéressée par ce que sont et ce que vivent les femmes au sein de la religion orthodoxe. Je suis donc allée à la messe avec Laura Sandu ce dimanche. L’idée était d’y rencontrer des jeunes femmes qui puissent me parler de religion. J’avais déjà fait quelques petites incursions dans les églises orthodoxes de Cluj pour trouver des images de la Vierge. Les églises orthodoxes sont très belles, peintes à la fois à l’intérieur et à l’extérieur.

Murs et plafonds recouverts de saints, de scènes de la bible, sans oublier Jésus et Marie, et parfois Dieu lui-même, très peu de blancheur dans ces lieux et pourtant on à l’impression d’être au cœur du monde. Il n’y pas ce sentiment de cérémonial propre à la messe chez les catholiques… Ici les gens vont et viennent, discutent entre eux pendant que le prêtre psalmodie et que trois jeunes hommes reprennent en chantant les litanies. Les hommes sont assis à droite et les femmes à gauche.

Au niveau du transept il y a l’Altar, un endroit sacré réservé aux prêtres et interdit aux femmes. L’Altar est séparé du reste de l’église par un grand panneau de bois doré couvert d’icônes représentant les personnages religieux. Si vous levez la tête au niveau de l’Altar, vous verrez Jésus au dessus de vous. Il occupe toute la coupole supérieure de l’église et vous fait signe de ses deux doigts repliés.

Laura et moi avons eu une éducation religieuse, elle pratiquante et orthodoxe, moi plutôt spirituelle et catholique. Nous avons cessé de croire à peu près au même âge mais j’ai senti que nous étions prises malgré nous dans la ferveur du groupe. Il y a quelque chose d’hypnotique à se laisser porter par la voix du prêtre, l’odeur des encens, tous ces saints qui vous regardent… Mon âme est sensible à ces ambiances mystiques en dépit de mon athéisme convaincu…

Pas évident pour nous que de courir après les femmes pour leur poser des questions sur la religion ! Nous avons essuyé quelques revers à la sortie de l’église… mais nous avons rencontrés Diana et Cosmina, des jumelles absolument enchantées de pouvoir parler de religion… et en français ! La chance me sourit, j’ai rendez-vous avec elles lundi soir.

En quittant l’église, Laura m’explique avec un sourire en coin que le prêtre chante l’histoire d’une femme qui tombe enceinte et qui attends un fils.

La femme attend toujours un fils !

Share on Facebook
Cette entrée a été publiée dans Feuilles de route / Fanny Minetti. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.